perfect illusion (aponate)



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 perfect illusion (aponate)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Venue en ville : 18/03/2017

Posts : 1141

Celeb + © : harding, © princess

Points : 720



ce message a été posté le Mar 21 Mar - 20:17

perfect illusion
EXORDIUM.
Cette journée de cours avait été horrible, et la seule impression que j'avais c'était qu'elle ne se finisse jamais. J'avais tellement hâte de pouvoir rentrer chez moi, me poser sur mon canapé et de traînasser quelques heures devant la télé avant d'aller piquer un somme. Un peu de courage encore, et ça allait aller. Je sortais de la salle des professeurs pour me rendre dans ma salle de cours habituelle où j'avais oublié mes affaires; c'est vrai que j'étais souvent tête en l'air en ce qui concerne l'oubli de mes fournitures, et c'était pas très malin de ma part. Mais avec le temps, on fini par s'habituer au fait d'être étourdi et son pardonne à soi-même, même si des fois il serait préférable de faire un petit peu plus attention et être concentré d'avantage. Je crois qu'en réalité je ne compte plus les fois où j'ai perdu mes affaires, et pour la plupart du temps, mes clés. Ça a de trop nombreuses fois emmerder le serrurier qui était contraint de me refaire des doubles, encore et encore. En arrivant devant la salle, j'ai plongé mes clés, que je n'avais pas oublié cette fois, dans la serrure après avoir longuement fouillé mes poches. J'ai déverrouiller la porte avant de pénétrer dans cette même salle.

J'ai pris quelques bonnes minutes facilement à trouver ce que je cherchais; mon trieur avec un peu toutes les copies que j'étais censé corriger ce soir pour pouvoir les rendre à temps demain. Finalement, même en rentrant j'allais pas être si tranquille que ça. « Merde, mais où est-ce que j'ai bien pu les mettre... », me murmurant à moi-même. Je jetais un coup d’œil à l'intérieur de tous les tiroirs de mon bureau avant de me gratter le haut de la tête en signe de réflexion. Puis je me redressais vivement en ayant été éclairé un peu plus facilement par mes réflexions. Je m'étais rendu à l'arrière salle pour aller y fouiller les étagères où j'avais sûrement déposé ces fichues copies avant de partir manger à midi. Ça devait être ça, sinon j'étais un peu foutu en ce qui concerne cette perte. Étourdi ce Nate, on ne le changera pas.

J'ai été tiré des mes rêveries lorsqu'on a frappé à la porte de la salle de classe principale. J'ai aussitôt quitté l'arrière salle pour rejoindre la personne qui avait frappé plus tôt. C'était une jeune femme, et bizarrement il me semble que je l'avais déjà vue quelques fois auparavant, et je commençais à m'interroger intérieurement.. Je fronçais légèrement les sourcils en réfléchissant à mes précédents questionnements, avant d'esquisser un léger sourire face à cette dernière. « Bonsoir, vous êtes ? » Je m’avançais d'un pas de plus vers cette dernière pour continuer à maintenir la discussion. « Et est-ce que je pourrais vous aider pour quelque chose ? » dis-je en plongeant mes mains dans mes poches tout en m'appuyant contre mon bureau de sorte à y prendre appui comme pour m'asseoir.

_________________


it is only you and me.
niloë ♒︎ Comme tu me tentes, quand tu bouges, ces mouvements attirants me divertissent toujours, tu sais comment me manipuler avec ces hanches, je ne sais pas pourquoi tu m'as mis sur ta liste d'attente.


Dernière édition par Nate Black le Mar 4 Avr - 23:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dlsecrets.forumactif.com/t182-nate-black-in-my-veins

avatar
Venue en ville : 17/03/2017

Posts : 876

Celeb + © : Danielle Campbell ; same old love

Points : 523



ce message a été posté le Mer 22 Mar - 15:54




PERFECT ILLUSION.

Feat NATE X APOLLINE.


C. Le visage d’Apolline se décomposa. C’était le premier C de sa vie. Déjà lorsqu’elle avait un B, c’était la panique à bord. Mais là, c’était carrément la fin du monde. Apolline avait complètement honte de ce torchon corrigé. Heureusement pour elle, c’était la fin du cours. Elle fourra sa copie dans son sac, cachant l’objet de sa honte du moment. Ce fut l’une des premières à se lever lorsque le professeur leur signala qu’ils pouvaient y aller. Malheureusement, elle fut coupée dans son élan. « Mademoiselle Bayers. Un instant s’il vous plait. Je dois vous parler. » C’était mauvais signe. Un enseignant qui voulait parler à un élève après un rendu de copie catastrophique, ça sentait vraiment mauvais ! Apolline tourna les talons pour rejoindre son professeur de droit. Elle soupira intérieurement. Mais d’extérieur, on pouvait sentir son stress. Qu’allait-il lui annoncer ? Que lui voulait-il ? Apolline n’allait pas tarder à le savoir puisqu’ils étaient enfin seuls dans la classe. « Que vous arrive-t-il ? Je n’ai jamais vu une copie portant votre nom aussi faible. Vous ne montrez pas l’étendue de vos capacités et cela fait chuter votre moyenne. J’aimerais comprendre pourquoi un tel changement, aussi brusque, dans votre travail scolaire. » Et si c’était seulement dans son travail scolaire ! Apolline resta muette face aux remarques de l’enseignant et elle fut incapable de répondre à sa question. Elle n’avait pas perdue sa langue, non. Elle ne voulait tout simplement pas en parler. Pas à lui en plus. « Si vous ne souhaitez pas en parler, je le respecte. Mais je pense sincèrement que vous devriez parler de vos potentiels soucis à quelqu’un qui pourrait vous aider. » Oui, comme une psychologue. Même si ses notes avaient chuté, Apo restait quelqu’un de très intelligent. Aussi, elle savait parfaitement quel genre de personne il évoquait. « Je vais tout faire pour me rattraper. » Facile à dire, mais légèrement plus difficile à respecter avec cet événement qui était survenu dans sa vie. Qu’importe. Apolline était plus forte que ça, elle devait l’être. Mais c’était difficile. Comment faire lorsqu’il n’y avait plus personne à rendre fier ? Il restait bien ses amis, notamment les plus proches qu’elle considérait comme sa famille. Mais ce n’était pas pareil. Là, il s’agissait de sa famille de sang, celle pour laquelle elle se bat depuis tant d’année pour espérer plus de reconnaissance ! « Je l’espère. Autant pour vous que pour moi. Je vous propose quelque chose pour rattraper votre note. Vous allez suivre quelques cours de littérature anglaise, une sorte de petite option. Mr Black choisira les modalités d’évaluation. Et cette note qui vous donnera, vous permettra d’avoir des points supplémentaires, bonus sur votre moyenne. » Apolline le fixa longuement. Il venait carrément de lui faire une faveur. Ce n’était pas le genre d’accepter des traitements de faveur. Elle se disait qu’elle n’en avait pas vraiment besoin. Pour cette fois-ci, il fallait avouer que cela tombait à pic. Il lui était impossible de refuser. « Merci. Merci beaucoup ! » Apolline prit le papier que lui tendait son professeur. Un mot sans doute, expliquant au professeur Black les termes de l’accord.

Sans perdre de temps, l’étudiante était sortie de la classe et avait pris la direction du département de littérature. Elle savait qu’elle trouverait ce fameux professeur ici. Mais elle ne savait pas où exactement. Alors, tout naturellement, Apolline se renseigna au secrétariat qui lui indiqua gentillement la direction à prendre. 2ème étage, 4ème porte à droite. Sur le chemin, Apolline se répéta les instructions. Elle arriva rapidement devant la porte ouverte. Pourtant il n’y avait personne dans la salle. Du moins, cette personne était très bien cachée. Parce qu’il n’y avait que ses affaires. Une veste et un sac. La brunette tapa trois coups à la porte déjà ouverte, afin de signaler sa présence. Peut-être que le professeur se manifesterait ?

Un homme se montra rapidement. Il arrivait de l’entrepôt de la classe. Apolline ne put s’empêcher d’arquer un sourcil, signe de sa surprise mélangé à de l’incompréhension. Il devait y avoir erreur sur la personne, non ? Parce qu’elle ne s’attendait pas à ce genre de professeur. Apo pénétra au sein de la classe puis se dirigea vers le bureau, sur lequel Mr Black s’appuyait. « Bonjour. Vous êtes bien Mr Black ? » Au cas où. Qu’un étudiant fasse une blague. Non parce que très sincèrement, il semblait jeune pour enseigner à l’université ! « Je suis dans le département droit, économie et gestion. Mon professeur de droit voulait que je vienne prendre des cours de littérature pour…enfin tout est expliqué dans cette lettre. Je crois. » Ce n’était pas sûr. Elle ne l’avait même pas lu. Mais Apo ne se voyait pas lui expliquer tout ça, et encore moins la partie ‘Mes notes chutent donc je dois gagner des points d’une manière différente mais scolaire’. Apolline lui tendit le papier qu’elle tenait fermement dans ses mains. « Peut-être a-t-il pensé que ça me ferait du bien, que ça m’ouvrirait culturellement parlant. » Avait-elle réellement besoin de ça ? Apo n’en n’était pas vraiment sûre mais ce n’était pas le genre de fille à se faire un avis à la première impression. Qui sait ? Peut-être qu’elle allait apprécier ces cours particuliers ? « Vous acceptez ? » Qu’allait-elle faire si jamais sa réponse était négative ? Elle pouvait dire adieu à ses points, adieu à son diplôme avec mention, voire même adieu à sa bourse d’étude. Bon. Elle exagérait peut-être un peu. Mais un C à un devoir, c’était réellement la fin du monde et elle ne pouvait pas laisser ça comme ça.


love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dlsecrets.forumactif.com/t122-we-push-and-pull-like-a-mag

avatar
Venue en ville : 18/03/2017

Posts : 1141

Celeb + © : harding, © princess

Points : 720



ce message a été posté le Mer 22 Mar - 17:10

perfect illusion
EXORDIUM.
Elle aussi, marqua un temps d'arrêt. Elle avait l'air tout aussi surprise que moi, et tout aussi interrogative. Plus je l'observais, plus elle me rappelait cette fille que j'avais déjà vue de nombreuse fois auparavant. Cette fille dont on m'avait déjà parlé et ce, assez fréquemment. J'essayais tout de même de ne pas y penser, et j'essayais de paraître le plus naturel possible face à elle, malgré que cela se montrait un peu plus difficile que ce que j'imaginais. Concentre toi sur sa demande bordel, Nate. Elle entra dans la salle de classe puis se dirigea vers moi alors que je prenais place sur ma chaise qui se trouvait derrière le bureau. « Oui, je suis bien Mr. Black, un professeur de littérature comme beaucoup d'autres, si c'est moi que vous cherchiez, vous avez toqué à la bonne porte, mademoiselle. » Un sourire se dessinait en même temps sur mes lèvres, il était apparu comme ça et c'était quasiment incontrôlable. Elle se présentait ensuite à moi, ce à quoi j'étais tout ouï; elle expliquait que c'était son professeur de droit qui l'envoyait à moi pour qu'elle puisse prendre des cours de littérature en enseignement particulier. Elle me tendit ensuite cette lettre qu'elle tenait en main depuis qu'elle était arrivée, et qui avait beaucoup interpellé mon regard dés qu'elle avait pénétrer la salle. Je la récupérais alors doucement; habituellement mes gestes avaient pour nature d'être trop brusque, et mon but cette fois n'était pas d'effrayer cette demoiselle qui avait l'air chamboulée, au fond. Mon regard se déposa alors sur les écrits qui étaient présents sur cette feuille de papier, et je commença ensuite ma lecture. Un court blanc s'installa dans la pièce le temps de ma lecture.

Après quelques instants, je relevais le regard vers cette jeune étudiante, en marquant un léger sourire du coin des lèvres. « Vous avez l'air d'être une élève brillante pourtant, je ne comprend pas pourquoi il vous envoie prendre des cours particuliers. ». La lettre expliquait clairement que cette jeune Apolline Bayers avait besoin de remonter sa moyenne, étant donné que ces notes avaient plus ou moins chuté ces derniers temps. Je refermais ensuite la lettre sur elle-même avant de la poser sur mon bureau. « Votre moyenne a trop chuté, c'est ça ? » Cela m'étonnait quand même qu'elle soit là pour prendre des cours de littérature; ça n'avait aucun rapport avec son cursus scolaire, c'était assez étrange. Mais au fond ça ne me déplairait pas de lui faire cours. « Comme vous le dites, mademoiselle Bayers, il est vrai que mes cours peuvent vous ouvrir culturellement parlant. » J'attrapais mon sac au pied de ma chaise avant de le déposer sur mes genoux pour y ressortir quelques livres, et dans un premier temps, le manuel de littérature. Je déposais ensuite à nouveau préalablement mon sac au sol en redirigeant mon regard dans le sien. « Il est évident que j'accepte de vous faire bénéficier de mes cours particuliers. Ce serait plaisant d'enseigner à une jolie demoiselle comme vous après tout... » Je marquais une pause après mes dires, mon sourire restant tout de même maintenu sur les coin de mes lèvres. Merde, pourquoi est-ce que j'ai dis ça ? Après tout, c'est ce que je pensais réellement, mais quel avis est-ce qu'elle aurait de moi après cette remarque ? Elle n'était pourtant pas énorme, mais elle pourrait très bien lui laisser croire que j'étais ce genre de professeur un peu trop direct et qui ne cherche qu'à assouvir ses désirs les plus fous.

Bon aller Nate, reprends toi. J'empoignais ensuite le manuel de littérature que j'avais sorti plus tôt avant de lui tendre. « Je pense qu'on pourrait commencer réellement les cours demain soir, si ça vous va. » Je me relevais de ma chaise pour venir me diriger face à elle, en replongeant mes mains dans mes poches. Disons que c'était une sorte de salle habitude que j'avais, d'avoir toujours mes mains plongées quelque part. Dans mes poches pour le trois quart du temps. « Sachez qu'il n'est pas difficile d'avoir des bonnes notes avec moi, mademoiselle Bayers. » Après tout, c'était vrai; je n'étais pas si exigeant que ça au niveau des travaux de mes élèves, et la littérature n'est pas un cours particulièrement difficile en soit. « Pour demain j'aimerais que vous feuilletiez un peu ce manuel. Même si, pour être franc, je trouve qu'il n'y a pas grand chose d'intéressant dedans. Cela pourrait tout de même vous initier à mon cours. D'une certaine façon. » Je m'avançais vers elle d'un pas, sans pour autant trop l'approcher. « Je suis quasiment sûr que vous allez vous en sortir avec ce cours en plus. » Je guidais ensuite mes mains sur le manuel qu'elle tenait, frôlant les siennes sans réellement l'avoir fait exprès, pour en ouvrir sur le sommaire et lui indiquer plus ou moins les chapitres qui la concernait le plus pour ses premiers cours. « Je pense aussi que, si vos notes en littérature seront en dessous de la moyenne, je ne vous les compterait pas. Mon but n'étant pas de vous faire baisser encore plus votre moyenne. Disons que je suis là pour vous aider, alors je ferais de mon mieux pour vous faire remonter vos résultats. » J'esquissais ensuite un sourire à pleine dents face à elle, en l'observant toujours aussi calmement. Sans mentir, j'avais tout de même hâte de commencer à lui expliquer les principes de la littérature et de commencer à lui donner ses premiers cours. Elle méritait de réussir, et d'aller loin dans ses études, alors j'allais faire mon maximum pour l'aider à remonter la pente, petit à petit.

_________________


it is only you and me.
niloë ♒︎ Comme tu me tentes, quand tu bouges, ces mouvements attirants me divertissent toujours, tu sais comment me manipuler avec ces hanches, je ne sais pas pourquoi tu m'as mis sur ta liste d'attente.


Dernière édition par Nate Black le Mar 4 Avr - 23:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dlsecrets.forumactif.com/t182-nate-black-in-my-veins

avatar
Venue en ville : 17/03/2017

Posts : 876

Celeb + © : Danielle Campbell ; same old love

Points : 523



ce message a été posté le Mer 22 Mar - 21:38




PERFECT ILLUSION.

Feat NATE X APOLLINE.


La lecture de la lettre par le professeur semblait durer une éternité. Le silence qui s’était installé juste après sa question et pendant sa lecture était très pesant. Silencieusement Apolline se récitait des prières complètement bidon pour que la réponse soit positive. Puis Mr Black rompit le silence. Au début, la jeune étudiante pensait qu’il allait lui donner sa réponse. Mais non, il fit dans un premier temps une remarque qui surprit quelque peu la jeune femme. Elle semblait être brillante ? Qu’est-ce qui lui faisait dire ça ? Y avait-il vraiment un genre de physique pour les élèves brillants ? Mais elle préférait garder ses remarques pour elle. Justement, elle était intelligente et savait mesurer ses propos. Lui poser ce genre de question pouvait lui donner une mauvaise image. Et c’était bien le contraire de ce qu’elle voulait. D’autant plus qu’il n’avait toujours pas accepté ! Il en rajouta une petite couche en lui posant une question rhétorique. Elle avait tellement honte. C’était une des premières fois que sa moyenne chutait. Ça ne lui ressemblait tellement pas. Mais Apolline le remarquait parfaitement. Et c’est pour cela qu’il fallait qu’elle se reprenne en main ! La jeune femme baissa la tête, honteuse de cette question sur sa moyenne. Et heureusement que c’était rhétorique car Apo n’aurait pas eu le cran d’y répondre. Puis ce fut le soulagement. Bon, léger mais bien présent. Mr Black semblait d’accord avec elle ! C’était plutôt sur la bonne voie. En route pour l’acceptation ! Puis victoire !! Mr Black avait accepté en tendant un livre à Apolline. Tellement soulagée, la jeune femme ne s’attarda pas sur les paroles de son nouveau professeur. Du moins pas sur le moment ! « Merci ! Merci beaucoup ! Je serais une élève très attentive, je vous le promets ! » Puis les dernières paroles de Mr Black firent écho dans la petite tête brune. Est-ce qu’elle avait bien entendu ? Venait-il de lui faire un compliment ? Venant d’un professeur, c’était tellement bizarre. Peut-être avait-elle rêvée. Oui c’était ça. Un professeur n’aurait jamais eu l’audace de dragouiller une de ses élèves, si ?!

Le livre en main, Apolline avalait toutes les paroles du professeur de littérature. Elle les buvait comme de l’eau. La date et l’horaire lui convenaient parfaite. Apo n’allait pas faire l’élève difficile. « Demain soir. C’est entendu… » Elle griffonna rapidement sur un bout de feuille afin de réaliser un mémo. « On se retrouve ici ? … Le lycée est toujours ouvert le soir ? » C’était la première fois qu’elle prenait des cours particuliers. Elle n’en n’avait jamais eu besoin. Et lorsque c’était elle qui aidait ses camarades avec leurs cours, elle avait toujours fait cela dans une bibliothèque municipale ou chez ses camarades. Là c’était quand même légèrement différent. Mr Black n’était pas du tout son camarade. C’était son professeur particulier. Il y avait une grosse nuance ! Apolline observa longuement l’homme qui se tenait devant elle, de nouveau appuyé contre son bureau, les mains dans les poches. Il faisait tellement jeune pour un professeur. Ses petites manies étaient plutôt celle d’un jeune adulte. Mais Apo était nulle pour donner un âge à une personne. S’il y avait bien un jeu télévisé dans lequel elle ne pouvait pas s’inscrire c’était ‘Guess my age’ !

Le regard d’Apolline se posa sur le manuel que son professeur lui avait prêté. Il lui demandait de le feuilleter pour le lendemain. Désireuse de faire de la meilleure façon, Apo faillit lui demander quels chapitres lire absolument. Mais il fut plus rapide. Alors que leurs mains se frôlèrent, Mr Black ouvrit le livre pour indiquer les chapitres intéressants. Cette fois-ci, ce frôlement fut bien ressenti par la jeune femme. Et ces précédentes paroles résonnaient de nouveau dans sa tête. Etait-il si neutre et désintéressé ? Apolline commençait à en douter un peu. Mais elle lui laissait le bénéfice du doute. Alors elle ne le fit pas remarquer, elle faisait comme si de rien n’était. Et pourtant, ça devenait dur. Alors qu’il lui expliquait que sa moyenne augmenterait ou stagnerait mais en aucun cas ne diminuerait, une question lui brûla les lèvres. Il fallait qu’elle soit sûre. Est-ce ce professeur était un bon choix ? Pour commencer à se faire son propre avis, sa propre idée, une question elle ne put s’empêcher de poser sa question, de ne pas continuer sur le sujet des moyennes. « Je ne sais pas comment vous remercier ! Vous n’imaginez pas à quel point vous me sauvez la vie. Les études sont tellement importantes pour moi. Alors voir ma moyenne chuter m’est inconcevable ! » Ok. Elle n’avait pas réussi à poser sa question. C’était assez délicat tout de même. Tout du moins, cela pouvait être mal pris, mal interprété ! Cependant ce n’était pas l’intention d’Apolline. « Puis-je me permettre de vous poser une question ? » Elle n’attendait pas vraiment de réponse. Maintenant qu’elle était sur sa lancée, l’étudiante n’allait pas s’arrêter en si bon chemin. « Qu’est-ce que vous y gagnez à m’aider ? Si ce n’est pas indiscret ! Mon professeur de droit vous a promis quelque chose ? » Cette acceptation pour devenir le professeur particulier d’Apolline la rendait perplexe. Elle voulait en connaître les raisons, assouvir sa curiosité. « On est d’accord que vous faites ça bénévolement hein ? Je ne roule pas sur l’or. Bon après, mes compétitions d’équitation me permettent de gagner un peu d’argent parfois, mon boulot aussi mais … excusez-moi, je me suis emportée. Ça ne vous intéresse surement pas. » Apolline ne put s’empêcher de lui adresser un sourire gêné. Parfois cette fille était vraiment un moulin à parole. Trop sociable, trop vite et par toujours envers les bonnes personnes. Il ne fallait pas qu’elle oublie que Mr Black était son professeur et non son camarade…même s’il ne devait pas être beaucoup plus vieux qu’elle.


love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dlsecrets.forumactif.com/t122-we-push-and-pull-like-a-mag

avatar
Venue en ville : 18/03/2017

Posts : 1141

Celeb + © : harding, © princess

Points : 720



ce message a été posté le Jeu 23 Mar - 19:15

perfect illusion
EXORDIUM.
Elle me remercia plusieurs fois dans la même phrase. Sa joie se faisait ressentir dans ses paroles, ce qui avait eu le don de me faire sourire un instant. « Je ne doute pas sur le fait que vous serez très attentive, mademoiselle Bayers... ». Je venais ensuite à la contourner afin de me diriger vers l'armoire qui se trouvait dans un coin de la pièce. Je l'ouvrais ensuite, et cette ouverture laissa un grand bruit sourd résonner dans toute la pièce. « Merde. Ça doit faire une éternité qu'elle n'a pas été ouverte celle-là ». Je rigolais nerveusement suite à mes propos et suite à l'échappement de ce bruit qui m'avait fracassé les oreilles. Je me retournais un instant vers mademoiselle Bayers en pivotant légèrement la tête vers elle. « Désolé, je ne voulais pas vous effrayer. ». Je faisais ensuite à nouveau volte-face pour me replacer face à l'armoire qui était à présent ouverte. Je la fouillais quelques instants avait d'y saisir une pochette verte. J'ouvrais cette dernière ensuite avant d'y attraper une feuille d'inscription aux cours particuliers. J'emboîtais à nouveau le pas vers mademoiselle Bayers, avant de me planter face à elle.

Elle m'indiquait que les horaires étaient bonnes pour elle. Ça me convenait parfaitement parce que je n'avais pas vraiment d'autres créneaux horaires dans la journée. Et elle non plus, je crois. Elle griffonnait rapidement les informations que je lui avais donné plus tôt, ce à quoi je l'observais un moment, avant qu'elle ne me demande si le tout se déroulerait dans cette salle et si le lycée était toujours ouvert le soir. « Rendez-vous ici, oui. Le lycée sera ouvert autant de temps qu'il le faudra, mademoiselle Bayers. » Avec du recul je me rendais compte que mes phrases pouvaient avoir un double-sens par moment, alors qu'en réalité, ce n'était que très peu volontaire. Je lui tendais ensuite la feuille que j'avais récupéré plus tôt, en lui indiquant à l'aide de mon index les parties qu'elle allait devoir remplir. « Tout ce que je vous demanderais aujourd'hui, c'est de me remplir cette fiche. Ça ne devrait pas être compliqué. » Je souriais du coin des lèvres légèrement suite à mes propos, avant de m'appuyer à nouveau contre l'une des tables en la laissant remplir la feuille, comme je lui avais demandé.

Je l'observais pendant ce temps là, et il est vrai qu'elle me rappelait de plus en plus quelqu'un. Ça avait le don de me chambouler intérieurement et de me faire longuement réfléchir, et c'est ce qui causait l'arrivée de plusieurs gros blancs dans la salle. Elle me remerciait encore une fois suite à mes explications, en me disant que j'étais sur le point de lui sauver la vie. Elle me racontait aussi que les études étaient importantes pour elle, et qu'elle ne pouvait pas apprécier de voir sa moyenne chuter. « J'étais comme ça aussi pendant mes études. On se casse la gueule quelques fois et puis on fini par se rattraper. » Je baissais légèrement mon regard vers elle à nouveau, avant de reprendre. « Et au final j'ai toujours réussi à obtenir ce dont j'avais envie. » Je marquais une pause, encore une fois. Mon regard se baissa au niveau de mes mains qui étaient appuyées sur la bordure de la table. Décidément Nate, les doubles sens ça ne te réussi pas. Je fus tiré de mes pensées dés qu'elle s'adressa à nouveau à moi, en me demandant si elle pouvait me poser une question. Ok. Elle n’avait pas réussi à poser sa question. « Je vous... » et voilà qu'elle me coupa en  plein dans ma phrase avant de m'interroger comme elle l'avait laisser entendre auparavant. Elle devait être fortement curieuse pour me demander ce que j'y gagnais au fait de l'aider, et si son professeur m'avait promis quelque chose. J'ai rigolé un instant, d'un rire franc, avant de reprendre mon sérieux tant bien que mal. « Non du tout. On ne m'a rien promis et je ne veux rien. Comme je vous l'ai dis mademoiselle Bayers, mon but n'est pas de vous voir rater vos études. » Un sourire se dessinait à nouveau sur mes lèvres, qui était sans doute apparu pour lui montrer qu'effectivement, je faisais ça par simple envie et non pas par obligation comme elle aurait pu le croire. Enseigner, c'était mon domaine après tout. Elle repris aussitôt la parole après ma réponse, et me demandait si je faisais ça bénévolement. Je crois l'avoir fixée bizarrement sur le moment, arquant un sourcil en la dévisageant légèrement avant de sourire à pleine dents. Elle était amusante en réalité. Mademoiselle Bayers, mademoiselle Bayers.... Je secouais légèrement la tête avant de me redresser pour me tenir enfin de bout face à elle. « C'est un plaisir pour moi d'enseigner. Ce serait inutile de gâcher ce plaisir en demandant de l'argent en retour. Alors non, pour ce qui est de payer mes cours, laissez cette idée devant la porte de ma salle. »

Cependant, la fin de sa phrase m'avait brusqué. L'évocation de compétitions d'équitation m'avait remis les idées en place. Je savais bien que je l'avais déjà vue quelque part. « Des concours... d'équitations ?. Je n'ai aucune idée de la tête que j'ai pu tiré suite à ses dires, mais ça ne devait pas être très amusant à voir. « Sans vouloir pour autant être indiscret à mon tour... Je crois que je vous ai déjà vu quelque part. À vrai dire, dés que vous avez franchi le seuil de la porte cette idée m'est monté à la tête. » . Je l'observais à présent d'un regard perçant mais amical à la fois et un peu plus adouci que précédemment. « Désolé si je fais erreur, mais vous m'intriguez beaucoup, mademoiselle Bayers. ». Je gardais toujours mes mains dans mes poches face à elle en l'observant de plus belle.

_________________


it is only you and me.
niloë ♒︎ Comme tu me tentes, quand tu bouges, ces mouvements attirants me divertissent toujours, tu sais comment me manipuler avec ces hanches, je ne sais pas pourquoi tu m'as mis sur ta liste d'attente.


Dernière édition par Nate Black le Mar 4 Avr - 23:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dlsecrets.forumactif.com/t182-nate-black-in-my-veins

avatar
Venue en ville : 17/03/2017

Posts : 876

Celeb + © : Danielle Campbell ; same old love

Points : 523



ce message a été posté le Ven 24 Mar - 22:23




PERFECT ILLUSION.

Feat NATE X APOLLINE.


Soit cette salle de cours était ancienne, soit cela amusait le professeur de littérature de faire peur à ses nouveaux élèves. Un rite de passage ? En tout cas, ce bruit sourd fut sursauter Apolline qui se retourna aussitôt pour en voir l’origine. L’armoire. Pourquoi fouillait-il dans son armoire ? Enfin la véritable question était depuis combien de temps n’avait-il pas fouillé dans cet espace de rangement ?! « Je dois avouer que même si ce n’était pas le but, c’est fait. Mais ça ne va pas me faire fuir. » Il lui en fallait un peu plus à la petite Apolline pour lui faire prendre les jambes à son cou ! La jeune femme lui adressa un léger sourire puis elle essaya, de là où elle se trouvait, d’observer le professeur devant son armoire. Elle essayait de répondre toute seule à sa première question, à savoir : qu’est-ce qu’il cherchait ? Après tout, elle avait déjà le manuel non ? A moins qu’il y ait d’autres livres. Mais Apolline n’espérait pas en avoir des tonnes. Elle avait déjà beaucoup de lecture dans son propre cursus. Alors rajouter plein d’autres livres, c’était du suicide scolaire.

L’université serait donc le lieu de rendez-vous. Parfait. Enfin, c’était encore assez vague. L’université était grande. Il y avait la BU, les différents départements. Cela dit, Apolline était intelligente et assez futée. Elle se doutait bien que les cours auraient lieu dans cette salle de classe. Cependant, il était préférable d’en être complètement sûr. Ainsi, elle laissa sa question sortir de sa bouche. « Dans cette classe là je suppose ? Avez-vous une heure fixe à laquelle vous voulez que l’on commence ? » La jeune femme reposa son regard sur Mr Black tout en jouant avec son stylo dans ses doigts, attendant les réponses à ses interrogations. Et seulement les réponses. Car si Apo était futée concernant la vie quotidienne, elle semblait l’être un peu moins sur les sous-entendus tendancieux de son nouveau professeur. Une fois de plus, elle ne comprit pas le double sens de sa phrase, se focalisant surtout sur les informations essentielles. Mais peut-être que c’était préférable ainsi, non ?!

Le sourire d’Apolline ne put s’empêcher d’élargir lorsque son interlocuteur lui fit part de sa propre expérience dans les études. Il était comme elle en fait. Et ça c’était un bon point ! Quelqu’un qui avait mis un point d’honneur à ses études faisait forcément parti des bons profs. Ils avaient l’envie de faire apprendre et de faire réussir leurs élèves. « J’espère réussir mes études, tout comme vous l’avez fait ! » Apolline lui adressa un franc sourire qui se transforma en un sourire quelque peu gêné lorsqu’il fit sa dernière remarque. Là, enfin, elle comprit cette phrase de deux manières différentes. Ou peut-être que c’était elle qui avait l’esprit mal placé ?! Quoi qu’il en soit, cela avait légèrement déstabilisée la jeune femme et ça se ressentait. Tout en jouant nerveusement avec quelques mèches de cheveux, elle décida de répliquer. « Ah bon ? Enfin après, comme on dit, il y a des premières fois à tout. » Clairement, ce petit pique, qui n’y ressemblait pas, était parfaitement voulu. Peut-être que ça lui mettrait la puce à l’oreille. S’il avait réellement des envies autres que les cours de littérature, cela le refroidirait peut-être. Et si c’était elle qui se faisait des films, alors il ne relèverait peut-être pas.

Ce n’est qu’au moment où Mr Black lui spécifia très clairement qu’il n’attendait pas d’argent ni autre chose de sa part qu’Apolline commença à remplir la feuille d’inscription. « Alors si tout est clair, c’est parfait. Je vais remplir cette fiche. »  Bon, il fallait avouer que ce n’était pas évident d’écrire debout, la feuille sur un livre. Alors la jeune étudiante posa la feuille sur la première table à ses côtés et se pencha pour la remplir. Autant vous dire que cette position pouvait donner une jolie vue à son enseignant. Mais ce n’était vraiment pas voulu. Elle n’en n’avait même pas conscience pour vous dire. Lorsqu’il commença à évoquer les cours d’équitation, Apo se stoppa nettement. Elle releva la tête, tout en restant dans cette position légèrement penchée à la table. « Oui oui. Des concours d’équitation. Maintenant que vous me le dites, votre tête ne me semble pas si inconnue. N’avez-vous pas été au dernier CSO…enfin au concours de saut d’obstacle ? C’était l’année dernière. D’ailleurs, celui de cette année ne devrait pas tarder à arriver ! J’avais fini seconde l’année dernière. J’espère obtenir la première place cette année. » Quand elle parlait d’équitation, on pouvait perdre Apolline. C’était une véritable passion pour elle, ce fut même une échappatoire pour la jeune femme dans les moments difficiles de sa vie. Et autant dire qu’il y en avait souvent. Puis la jeune femme arqua un sourcil, regagnant sa position naturelle, debout. « Ah bon ?! Je vous intrigue ? Pourquoi cela comment ça ? » C’était la première fois qu’un professeur lui disait cela. Qu’est-ce que ça voulait dire ? Cette remarque la déboussolait quelque peu. Lui était intrigué, elle, était déstabilisée. C’était même plus déstabilisant que le grincement de porte et là, elle n’était plus très loin de prendre ses jambes à son cou. Pourtant elle avait vraiment envie de rester. Ce professeur semblait si différents des autres, plus jeune, plus communicant, peut-être plus ouvert d’esprit et ça faisait du bien d’entretenir une conversation avec lui. Ca changeait des conversations habituelles professeur/élève. « Vous faites aussi de l’équitation ? » Une petite question pour rompre le lourd silence qui s’était installé. Mais au final, Apolline pensait avoir commis une nouvelle boulette. « C’est peut-être indiscret. Je suis vraiment désolée. Vous n’êtes pas obligé de répondre à la question. » Bon. C’était le moment de se taire puisqu’elle s’enfonçait encore plus. Mais bon sang, que lui arrivait-il ? Pourquoi semblait-elle perdre ses moyens face à lui ? Etait-ce à cause de la faible différence d’âge et de l’instauration de cette relation professeur/élève ?


love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dlsecrets.forumactif.com/t122-we-push-and-pull-like-a-mag

avatar
Venue en ville : 18/03/2017

Posts : 1141

Celeb + © : harding, © princess

Points : 720



ce message a été posté le Dim 26 Mar - 19:44

perfect illusion
EXORDIUM.
Elle avait bel et bien eu peur du bruit que l'armoire avait fait, alors que je l'avais ouvert quelques minutes plus tôt pour y prendre la feuille d'inscription aux cours, et avant que je ne regagne ma place, devant mon bureau. Encore une fois, ça n'était réellement pas mon but, de l'effrayer. « J'en suis désolé, je ne pensais pas qu'elle allait faire ce bruit qui a faillit m'en exploser les tympans. ». Je lui adressais tant bien que mal un sourire malgré ma maladresse, avant de l'observer pendant qu'elle jouait avec son stylo entre ses doigts, après m'avoir questionné. « Oui les cours auront bel et bien lieu dans cette salle, qui est ma salle habituelle. ». Elle posait beaucoup de questions, et c'était tant mieux comme ça. Je préférais nettement me retrouver face à une élève bavarde et ouverte d'esprit plutôt que face à une autre élève qui pourrait être muette comme une carpe et quasiment inutile. « Pour l'heure, il faudrait que l'on compare tous les deux nos emplois du temps. Vous êtes libres quand ? » Je sortais alors mon téléphone de la poche de mon pantalon; afin d'y regarder l'heure, avant de le replonger dans cette même poche. Je m'éloignais ensuite vers mon bureau, déposant lourdement mon sac contre le dessus de ce dernier avant de sortir d'une pochette, un exemplaire de mon emploi du temps. Je le tendais ensuite à Apolline pour qu'elle puisse y jeter un coup d’œil. J'étais souvent libre et je n'avais cours que très peu en fin de journée, ce qui laissait des créneaux assez souples pour les cours particuliers que je pouvais lui apporter. « À vous de me dire ce qui vous convient le mieux. » J'esquissais un léger sourire avant de venir contourner à nouveau le bureau pour me placer à l'avant de ce dernier, face à mademoiselle Bayers.

Par ailleurs, mademoiselle Bayers, c'était un peu l'exemple typique de l'élève qui souhaite réussir. Elle avait cet audace de sourire tout le temps, et d'avantage lorsque je lui faisais part de mon expérience personnelle concernant les études que j'avais suivi quelques années plus tôt. Elle me disait qu'elle espérait réussir, tout comme je l'avais fait; ce à quoi je lui rendis largement son sourire. « Il n'y a pas de raison à ce que vous ne réussissiez pas après tout. » Je l'observais ensuite, triturer quelques mèches de ses cheveux avant qu'elle ne réplique qu'après tout, il y avait des premières fois à tout. Cette phrase là m'avait laisser rire un instant, avant que je ne hoche la tête face à elle, sans pour autant en relever le sens et la tournure de ses propos. Elle remplissait ensuite la feuille d'inscription, penchant son corps vers la table qu'elle avait à proximité pour y trouver un meilleur appui. Pour le coup, j'admet avoir été un peu gêné, quant à la posture qu'elle avait prise. Elle me donnait involontairement une belle vue sur son corps, même si j'essayais d'éviter de trop y jeter un coup d’œil. Je remontais ensuite simplement mon regard vers elle. Non pas vers son corps, mais bien vers elle afin de l'observer remplir la fiche. « N'hésitez pas à me le dire, si quelque chose vous trouble dans cette fiche. ». Je restais appuyé contre mon bureau en attendant qu'elle finisse, alors qu'elle se relevait de plus belle en regagnant sa pose naturelle.

D'un coup, elle était devenue bavarde. Très bavarde. Peut-être que l'évocation de l'équitation, en effet, l'avait faite resurgir. Elle vint alors à m'expliquer qu'elle aussi, elle pensait m'avoir déjà vu. Ou du moins elle disait que ma tête ne lui était pas inconnue, ce à quoi je souriais légèrement, avant qu'elle ne me demande si je n'étais pas présent au dernier CSO qui avait eu lieu l'année passée. Je n'avais pas eu le temps de répondre en plein milieu de sa phrase qu'elle continuait à papoter. Elle m'expliquait qu'elle avait terminée deuxième l'année précédente, et qu'elle espérait obtenir la première place cette année. J'écarquillais légèrement les yeux face à elle alors qu'elle terminait sa phrase. « J'y étais bel et bien présent, oui. Vous avez l'air réellement passionnée, pour en parler autant. » Je passais ensuite nerveusement ma main droite sur ma nuque, légèrement brusqué par autant de paroles d'un coup. Elle me questionnait ensuite, à nouveau. Me demandant cette fois-ci en quoi est-ce qu'elle m'intriguait. « Non. Enfin.. Vous m'intriguez justement parce que je suis sûr que je vous ai déjà vue, rien de plus. » Je toussotais légèrement en commençant à être mal à l'aise. Finalement je crois que des fois, mes propos étaient vraiment mal placés, et je réfléchissais à ce que j'avais pu lui dire quelques minutes plus tôt. Je soupirais légèrement avant de relever la tête vers elle. « Désolé si parfois mes paroles ne sont pas bien placées. C'est trop souvent involontaire. ». Un blanc s'installa quelques instants dans la pièce alors qu'elle me demandait ensuite si je faisais de l'équitation. Je lui répondais que non, à l'aide d'un geste lent de la tête, en hochant cette dernière. « C'est un sport qui me plaît, mais non je n'en fais pas. » Je venais alors a m'asseoir sur la bordure de mon bureau en croisant mes bras contre mon torse. « Et vous, vous en faites depuis combien de temps ? ». Même si quelques unes de mes phrases avaient été indiscrètes quelque temps plus tôt, j'essayais de rattraper le coup. Elle allait être une de mes élèves et il fallait tout de même que je sache comment la mettre à l'aise, sans pour autant lui montrer le moindre signe bizarre et involontaire de ma part.


_________________


it is only you and me.
niloë ♒︎ Comme tu me tentes, quand tu bouges, ces mouvements attirants me divertissent toujours, tu sais comment me manipuler avec ces hanches, je ne sais pas pourquoi tu m'as mis sur ta liste d'attente.


Dernière édition par Nate Black le Mar 4 Avr - 23:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dlsecrets.forumactif.com/t182-nate-black-in-my-veins

avatar
Venue en ville : 17/03/2017

Posts : 876

Celeb + © : Danielle Campbell ; same old love

Points : 523



ce message a été posté le Mer 29 Mar - 15:15




PERFECT ILLUSION.

Feat NATE X APOLLINE.


L’emploi du temps dans les mains, Apolline essaya de se remémorer le sien dans la tête. Il fallait surtout qu’elle se concentre sur son job de serveuse. Le problème venait surtout que les horaires fluctuaient, d’une semaine à l’autre, suivant les besoins de Noah. Après tout, elle travaillait en temps partiel. « Vous allez peut-être me trouver un peu… » Chiante était le mot. Mais devant un enseignant, cela ne se faisait pas trop. Cela ne se faisait pas du tout même ! « un peu casse-pied… » Que c’est joliment dit, mais évidemment, elle pensait une version moins sympa. « J’ai un petit travail étudiant, en tant que serveuse. Et comme c’est un temps partiel, j’ai mes horaires d’une semaine à l’autre, là où il y a besoin le plus de monde. Déjà, la plupart de mes vendredis sont pris. » Tant mieux pour lui, non ? « Au moins, vous serez en week-end plus rapidement, vu que vous n’aurez pas à me supporter ! » Apolline ne put s’empêcher d’adresser un sourire amusé à son professeur. Il fallait avouer qu’elle commençait à devenir un moulin à parole. Mais c’est qu’elle commençait à apprécier cet homme. Il était cultivé, intéressant, beau garçon. Oh là, il fallait arrêter là. Machinalement, Apo secoua la tête pour sortir de ses pensées. Elle n’avait même pas écouté toutes les paroles de Mr Black. Génial !

Ah c’était la fiche ! Il parlait de la fiche de renseignement. Apolline venait de finir de la remplir. Elle était assez courte et très concise. Aucuns soucis pour la remplir. Même si Apolline se demandait pourquoi il avait besoin d’autant d’information. D’ailleurs, elle était tellement curieuse de le savoir qu’elle ne put s’empêcher de lui poser la question. « Pourquoi avez-vous besoin de connaître mon adresse et mon numéro de téléphone ? Vous gardez contact avec vos élèves ? » Ceci dit, qu’ils puissent communiquer rendraient les cours particuliers plus simple à caser dans l’emploi du temps changeant d’Apolline. « D’ailleurs, est-ce que vous avez une adresse mail ou un autre moyen pour que je puisse vous communiquer mon emploi du temps chaque semaine, pour que l’on puisse parfaitement se caler ? » Apolline s’approcha de Mr Black pour lui tendre sa fiche de renseignement, un sourire aux lèvres.

L’équitation était un sujet passionnant pour Apolline. Pour certains, lorsque l’on parlait de football, leurs yeux brillaient et ils devenaient fous. Pour Apo, il suffisait de lui parler d’équitation, de chevaux. Elle aimait tellement ça. D’ailleurs, son interlocuteur du moment s’en rendit compte rapidement. Apolline mit sa main devant la bouche, pour éviter de sortir de nouveaux sons. « Je suis vraiment désolée. Je ne veux pas vous assommer avec tant de blabla. Surtout que ça ne vous intéresse surement pas, et que ça dépasse sans doute le cadre que vous voulez fixer ! » Une certaine gêne se fit ressentir dans la salle de classe. Leur relation professeur/élève ne démarrait pas du meilleur pied s’il y avait déjà des moments de gêne entre les deux. Mais peut-être que cela n’était que passager. Mr Black présenta ses excuses pour ses propos qui pouvaient être mal interprété. Apolline lui adressa un sourire sincère. Il ne fallait pas qu’il s’inquiète. Pourtant, son esprit resta bloqué sur le « trop souvent ». Est-ce que ça voulait dire pas toujours ? « Trop souvent. … » se murmura-t-elle. Enfin ce n’était pas le moment. Il n’y avait pas mort d’homme ! La suite de la conversation était de toute façon nettement plus intéressante puisque ça tournait autour de la passion d’Apolline. « Oh ! Il faudra venir au club pour essayer. Peut-être que vous découvrirez une passion cachée ! » Bon. Il fallait avouer que c’était plus difficile de commencer l’équitation quand on devient plus vieux. Mais qu’importe, il fallait vraiment qu’il essaie un jour, juste pour le fun ! Apolline s’imagina la scène. Son professeur particulier sur un cheval. Ça pouvait être drôle ! « J’en fais depuis l’âge de 4 ans. Je faisais le baby-poney à l’époque. Je suis tombée amoureuse des chevaux. » Il fallait s’arrêter là, sinon, elle allait continuer à évoquer ses années d’équitation et franchement, ce n’était pas le principal sujet de conversation entre un professeur et son élève. « Et vous, vous avez une passion dans la vie ? Quelque chose à faire quand vous n’enseignez pas ? » Oh punaise ! Elle venait de dire ça comme ça ! Elle venait de poser des questions personnelles à son professeur. Ça pouvait être mal vu ! Apolline passa une main derrière sa nuque, montrant sa légère gêne. « Je suis vraiment désolée si cette question vous semble indiscrète. » Bon, après, ce n’était pas comme si elle lui avait demandé s’il était célibataire ou combien de conquête il avait eu. Ça lui semblait seulement logique qu’elle lui demande à son tour de parler de l’une de ses passions puisqu’elle l’avait fait juste avant !


love.disaster

_________________


I won't give up
'Cause even the stars they burn. Some even fall to the earth. We've got a lot to learn. God knows we're worth it. No, I won't give up
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dlsecrets.forumactif.com/t122-we-push-and-pull-like-a-mag

avatar
Venue en ville : 18/03/2017

Posts : 1141

Celeb + © : harding, © princess

Points : 720



ce message a été posté le Mar 4 Avr - 23:00

perfect illusion
EXORDIUM.
On n'avait pas fini de dresser l'emploi du temps, ni même trouver les créneaux horaires où j'aurais pu caler mes cours particuliers. Elle réfléchissait depuis de longues minutes maintenant alors que j'attendais qu'elle m'en dise un peu plus. Après quelques instants, elle reprenait. D'après elle, j'allais la trouver casse pieds et c'est sur quoi elle a commencé à m'expliquer qu'elle était serveuse à temps partiel à côté des cours. Son emploi du temps variait d'une semaine à l'autre, et que ses vendredis étaient pris. « Je comprends, donc oublions le vendredi. Vous avez d'autres créneaux possibles ? ». C'était tant mieux pour moi en plus de ça, le fait que les vendredis pouvaient sauter. Mes weekends allaient pouvoir être un peu plus longs de quelques heures, et c'est ce qu'elle me rappelait juste après, en rajoutant que je n'aurais pas à la supporter. Elle souriait, et mon sourire venait à accompagner le sien en retour. « C'est vrai que c'est une bonne chose, mais je ne pense pas que vous soyiez casse-pieds. Au contraire. ». Je souriais un instant avant de reprendre mon sérieux face à elle. Elle était amusante comme fille et elle était bavarde. Ça pouvait me laisser croire que les futurs cours qu'on ferait ensemble pourraient être riches en débat et en apprentissage. Elle secouait la tête, ce à quoi j'arquais le sourcil en ne cherchant pas non plus à comprendre pourquoi elle venait de faire ça. Je l'avais dévisagée un instant peut-être, mais je ne m'étais pas arrêté là dessus.

Elle avait fini de remplir la fiche d'inscription, alors qu'elle reprenait la parole, en me demandant pourquoi est-ce que j'avais besoin de connaître des informations aussi personnelles concernant mes élèves, et dans ce cas là, la concernant elle. « Disons que oui, c'est une façon de garder un contact plus facile avec mes élèves. Vous serez plus facilement prévenue au cas où je ne pourrais pas assurer un cours, et puis vous me préviendrez plus facilement aussi concernant vos horaires de travail. Mais vous n'êtes pas obligée de me les fournir. ». C'est vrai que je préférais toujours garder cette liberté avec mes élèves, qu'on soit tout de même assez ouverts en ce qui concerne la communication des emplois du temps ou des dernières infos pour les cours. « C'est nettement plus simple également pour vous faire parvenir les devoirs. Même s'il n'y en aura que très peu. ». Elle s'avançait vers moi, le sourire aux lèvres alors qu'elle me tendait la fiche, que je récupérais quelques instants après en lui rendant son sourire. Elle me demandait aussi si, au passage, j'avais une adresse mail ou un autre moyen de communication pour qu'elle me transmette ses différents emplois du temps, chaque semaines. « Oui bien-sûr, je vais vous mettre ça sur papier, ce sera plus simple. On casera les heures de cours sur des créneaux où nous sommes tous les deux disponibles. Du coup, les cours ne seront jamais réguliers, je ne veux pas vous surcharger. ». Je contournais à nouveau mon bureau pour prendre une feuille vierge qui était dessus, ainsi qu'un stylo. Je me penchais par dessus le bureau et écrivais sur la feuille mon adresse mail. « Disons qu'une à deux heures de littérature par semaine devraient suffir. Ça vous conviendra comme ça ? ». Je lui tendais alors ce même morceau de papier où était inscrits mes coordonnés. On s'y retrouverait mieux ainsi, à l'avenir.

Elle avait placé sa main sur sa bouche alors que notre discussion tournait autour de l'équitation. Il est vrai qu'elle avait déjà étalé beaucoup de choses concernant cette pratique sportive. Elle s'excusait, et s'en voulait de radoter autant. Elle pensait que ça ne m'intéressait pas, et que ça dépassait sans doute le cadre que je voulais fixer. Je souriais, d'un air un peu plus rassurant. « Il n'y a pas de quoi être désolée ; après tout, je préfère que vous parliez beaucoup plutôt que vous soyiez muette comme une carpe. Je crois que ça en serait presque gênant, si c'était le cas. ». La gêne était tout de même encore omniprésente pendant un instant, alors qu'un blanc s'installait. Habituellement, j'avais horreur des situations pareilles et je coupais souvent court à la discussion lorsqu'elles faisaient leurs apparitions. Mais là, ça n'était que passager, et au final, on finissait par s'y habituer. Elle reprenait, en me proposant de venir au club pour essayer. Peut-être que j'allais me trouver une passion cachée. Je rigolais un instant avant de reprendre petit à petit mon sérieux. « Je viendrais une fois ou deux, mais ne comptez pas sur moi pour monter. Ce serait presque ridicule pour moi, mais ça pourrait être drôle pour vous. Votre professeur sur un cheval.. ça doit être quelque chose. ». Je souriais à pleine dents alors que je commençais à m'imaginer les pires scénarios possibles avec un cheval. Je secouais légèrement la tête avant de replonger mon regard dans celui d'Apolline. Elle me disait d'où venait sa passion, et quand est-ce qu'elle avait commencé. « Et pourquoi est-ce que vous avez commencé à faire de l'équitation ? C'est quoi qui vous a plu ? ». C'était peut-être indiscret comme question, mais maintenant qu'elle avait commencé à en dire beaucoup plus concernant sa passion, j'avais envie d'en savoir d'avantage. « Excusez-moi pour cette question. ». Je souriais un instant, en l'observant. Le sport c'était un sujet que j'appréciais beaucoup, et c'est sans doutes pour ça que j'étais curieux comme ça. Elle me demandait quelles étaient mes passions à moi, et ce que je faisais en dehors de mes heures d'enseignement, avant de s'excuser, encore une fois. « Ce n'est pas la peine de vous excuser, c'est une discussion tout à fait banale. Pour ma part, en dehors de mes heures de cours, disons que... Je fais beaucoup de sport aussi, et ce, depuis tout petit. Je suis du genre touche à tout et j'ai fais la conquête de beaucoup de pratiques sportives. Excepté l'équitation. ». Je souriais alors que je mentionnais à nouveau sa passion. C'était amusant de parler aussi ouvertement à une élève, et cette conversation était tout de même assez plaisante. J'étais à l'aise, contrairement au début de notre entretien.

_________________


it is only you and me.
niloë ♒︎ Comme tu me tentes, quand tu bouges, ces mouvements attirants me divertissent toujours, tu sais comment me manipuler avec ces hanches, je ne sais pas pourquoi tu m'as mis sur ta liste d'attente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dlsecrets.forumactif.com/t182-nate-black-in-my-veins

Contenu sponsorisé

ce message a été posté le

Revenir en haut Aller en bas
 
perfect illusion (aponate)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qui ose troubler ma tranquillité ? {Pour Illusion}
» picture perfect memories - nolà
» Perfect World
» Perfect night ♪
» La musique est une illusion qui rachète toutes les autres • Astoria

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Whitehall :: Crystal River :: Whitehall's high school-